Demeurer en Jésus

À ceux qui recherchent la Seigneurie de Jésus-Christ en toutes choses et qui désirent Le servir de la manière qu'Il a Lui-même établie et non selon leurs propres choix. À ceux qui veulent Le découvrir.

HÉBREUX 10:25 : N’ABANDONNONS PAS NOTRE ASSEMBLÉE

VERSION IMPRIMABLE

Hébreux 10:24 : Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres.
V25 : N’abandonnons pas notre assemblée (Episunagoge. Strong numéro : 1997), comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.
V26 : Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés,
V27 : mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.
V28 : Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins;
V29 : de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce?

Quand nous étudions un passage « isolé » dans les Écritures, il nous faut être prudent et ne pas faire dire à ce passage ce qu’il ne dit pas. Pour cela, il faut avoir une bonne méthode. C’est ce que j’explique en détails dans mon étude d’Hébreux 13:17.
Hébreux 10:25 est un verset des Écritures que plusieurs utilisent non seulement en dehors du contexte, mais aussi en modifiant sa véritable signification.

LE CONTEXTE DU VERSET.image

Le verset 25 « N’abandonnons pas notre assemblée… » est « relié » aux versets 26, 27, 28 et 29 par un « lien ». Ce lien est la conjonction de coordination « Car », au V26.
Pour illustrer ce principe, prenons par exemple la phrase suivante : « Il est important de bien manger pour être en bonne santé. Car celui qui mange mal risque d’avoir des problèmes de santé ».
Ainsi, à cause du mot « car » qui relie le V25 au V26, nous pouvons connaître les conséquences liées au fait d’abandonner son assemblée. Ces conséquences semblent disproportionnées par rapport à l’action commise :

– Si j’abandonne mon assemblée, c’est comme pécher volontairement. Si je fais cela, pour moi, il ne reste même plus de sacrifice pour mon péché. J’avais connu la vérité (qui est donc : n’abandonne pas ton assemblée), mais comme je l’ai quitté, c’est fini pour moi. Je suis perdu sans qu’il y ait plus aucun espoir. Je n’ai plus qu’à attendre mon jugement…qui sera le feu qui dévorera tous les rebelles.
– Si j’abandonne mon assemblée, c’est comme si j’avais foulé aux pieds le Fils de Dieu, profané le sang de l’Alliance et outragé l’Esprit de la Grâce.

On voit bien que l’interprétation que certains font de ce verset ne résiste pas à l’analyse du CONTEXTE. « Abandonner son assemblée » n’est pas le fait de quitter le « centre chrétien X » pour aller au « centre chrétien Y ». D’après le contexte, il s’agit de quelque chose de plus grave que cela.

Afin de progresser dans la compréhension de ce passage, nous allons analyser le mot qui est utilisé pour « assemblée ».

EPISUNAGOGE = RÉUNION AVEC QUELQU’UN.

Dans le passage que nous étudions, le mot « assemblée » peut faire penser au mot « Église », mais ce n’est pas le cas. Le mot « Église » est « Ekklesia » en Grec.
Le mot « episunagoge » est seulement employé 2 fois dans le Nouveau Testament. Le deuxième passage se trouve dans :

2 Thessaloniciens 2:1 : Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion (episunagoge) avec Lui, nous vous prions, frères,

Il est bien parlé ici de notre réunion avec Jésus. Le moment ou nous allons être avec Lui.
Il n’est pas question d’un lieu mais d’un événement : Une rencontre avec quelqu’un, qui est Jésus Lui-même. Une étude de ce mot et des ses racines nous montrera qu’il s’agit bien de se rassembler avec quelqu’un et non de se rassembler quelque part.

Deux interprétations sont possibles et elles sont complémentaires.

1- N’ABANDONNONS PAS LA COMMUNION AVEC LE SEIGNEUR (du V24 au V29).

C’est ce que le contexte nous révèle. Si nous le comprenons comme cela, alors tous le passage prend sa véritable signification :
Il nous faut veiller les uns sur les autres et nous encourager à aimer (Dieu et notre prochain) et à pratiquer des oeuvres bonnes (celle préparées d’avance par Dieu). Nous ne devons pas abandonner notre union avec Jésus et être constant dans notre amour pour Lui.

Si nous abandonnons cette union avec le Fils de Dieu alors que nous avons connu Son Amour et Sa puissance dans nos vies, il n’y aura pas d’autres « Jésus » (ou « sacrifice ») qui viendra nous sauver. Cette « deconnexion » doit être prise au sérieux et non à la légère comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui.

Celui qui a connu le Fils de Dieu, qui est né de nouveau, mais qui renie cette « union par l’Esprit » perd la communion avec Jésus. S’il vit comme s’il n’avait jamais été sauvé, celui là foule aux pieds le Fils de Dieu, méprise le sang de l’Alliance et outrage l’Esprit de la Grâce.

2- N’ABANDONNONS PAS LA COMMUNION AVEC JÉSUS POUR LA TRADITION (le chapitre 10 au complet).

Je voudrais aussi donner une autre interprétation de ce passage que j’ai trouvé dans mes recherches. Je copie le commentaire au complet qui vient de La Bible Annotée (NT4. Editions P.E.R.L.E)

« Episunagoge » : Le rassemblement de nous-mêmes.

Ces chrétiens convertis du judaïsme, tout en assistant encore aux solennités (les pratiques religieuses) du culte Juif, avaient entre eux des réunions particulières, qui leur étaient bien nécessaires pour s’affermir dans la foi, s’édifier, « se considérer les uns les autres » (V24) et s’exhorter (V25).
C’était, aux yeux de l’auteur, un mauvais signe quand des chrétiens abandonnaient leur assemblée pour se contenter du culte du temple ou de la synagogue, et il n’est pas étonnant qu’il fasse suivre cette exhortation de la redoutable déclaration qui se lit au V26″.

C’est un avertissement à ne pas laisser la religion prendre le dessus sur la communion fraternelle « en Christ ».

En d’autres mots, certains chrétiens Juifs, convertis du Judaïsme, retournaient au Temple pour pratiquer les sacrifices. En faisant cela, ils abandonnaient non seulement leur communion avec le Seigneur mais aussi leur rassemblement avec les frères et soeurs.
Ils avaient reçu la connaissance que Jésus était l’Agneau de Dieu et qu’ils pouvaient être nés de l’Esprit. Pourtant, ils estimaient que le sacrifice de Jésus était insuffisant en posant des actes qui servaient à « compléter » son Sacrifice. De plus, en allant au Temple régulièrement pour pratiquer leur « religion », ils abandonnaient aussi leur réunion fraternelle et ils se séparaient du Corps de Christ.
Paul a abondemment parlé sur ce sujet et il a mis en garde les Juifs de ne pas Judaïser la foi en Christ.
Cette interprétation s’appuie sur le contexte plus large du chapitre 10.

CE QUE CE VERSET NE SIGNIFIE PAS : ABANDONNER SON « ÉGLISE-BÂTIMENT

Vouloir faire dire à ce verset que ceux qui quittent une assemblée (un système) sont sous la condamnation des versets 26 à 29, ne respecte ni le contexte du verset ni l’étymologie du mot qui est utilisé.

Pourtant, il est évident que la Bible nous encourage à la communion fraternelle. Toutefois, aucun passage du Nouveau Testament ne vient condamner ceux qui quittent une assemblée à cause des mauvaises choses qui s’y pratiquent.
Si l’Évangile est parvenu jusqu’à nous, c’est parce que des hommes et des femmes ont quitté les assemblées traditionnelles pour vivre selon les commandements de Dieu.

Dès le début, il en a été ainsi :
– Jésus n’a pas demandé à ses disciples d’être des Pharisiens, des Sadducéèns, des Lévites ou des membres du Sanhédrin. Il ne leur a pas demandé de créer une religion à laquelle quiconque n’appartiendrait pas serait exclut. Il n’a jamais parlé d’un système écclésial mais c’est pourtant ce que les hommes ont fait dès le début de l’histoire de l’Église.
– Les disciples n’ont pas crée une religion. Paul a repris sévèrement ceux ont voulu le mettre en avant (ou en « arrière »).

1 Corinthiens 3:1 : Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ.
V2 : Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels.
V3 : En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme?
V4 : Quand l’un dit: Moi, je suis de Paul! Et un autre: Moi, d’Apollos! N’êtes-vous pas des hommes?
V5 : Qu’est-ce donc qu’Apollos, et qu’est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l’a donné à chacun.
V6 : J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître,

CONCLUSION

Le passage d’Hébreux 10:25, pris dans son CONTEXTE, nous exhorte à rester attaché à Jésus et à ne pas « rajouter » quoi que ce soit au Sacrifice parfait du Seigneur. La communion fraternelle de l’Église et la communion avec notre Seigneur ne doivent pas être abandonnées au profit de nos traditions « chrétiennes ».
D’autres passages des Écritures nous exhortent à persévérer dans la communion fraternelle et à nous aimer les uns les autres.
AUCUN passage des Écritures nous dit que quitter une assemblée (bâtiment, système, fédération…) est un péché.

À l’époque des apôtres, comme aujourd’hui, « quelques uns » abandonnent la communion avec Jésus. L’auteur de l’épitre aux Hébreux nous montre que cet abandon est très grave et ne doit pas être pris à la légère. Abandonner cette communion va avoir des conséquences terribles et nous devons avertir chacun de ne pas faire cela.

23 commentaires sur “HÉBREUX 10:25 : N’ABANDONNONS PAS NOTRE ASSEMBLÉE

  1. sourire
    1 mai 2013

    Bonjour à tous ! Merci pour cet article ! 🙂
    J’avais trouvé ceci dans biblos, de mon coté pour répondre à une personne. (Copier-coller de la réponse)
    http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/strong-grec-01997-episunagoge+reunion+assemblee.html
    Versets bibliques contenant episunagoge

    2 Thessa 2:1
    Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion [episunagoge] avec lui, nous vous prions, frères,

    Hébreux 10:25
    N’abandonnons pas notre assemblée[episunagoge], comme c’est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.

    http://biblos.com/hebrews/10-25.htm
    Hebrews 10:25
    3361 [e] mē μὴ not Adv
    1459 [e] enkataleipontes ἐγκαταλείποντες forsaking V-PPA-NMP
    3588 [e] tēn τὴν the Art-AFS
    1997 [e] episynagōgēn ἐπισυναγωγὴν assembling together N-AFS
    1438 [e] heautōn ἑαυτῶν of ourselves, RefPro-GM3P

    http://biblos.com/2_thessalonians/2-1.htm
    2 Thessalonians 2:1
    2532 [e] kai καὶ and Conj
    1473 [e] hēmōn ἡμῶν our PPro-G1P
    1997 [e] episynagōgēs ἐπισυναγωγῆς gathering together N-GFS
    1909 [e] ep’ ἐπ’ to Prep
    846 [e] auton αὐτόν him, PPro-AM3S

    Et lorsque tu lis les explications, tu trouves que le mot episunagoge concerne un rassemblement dans un endroit comme en 2 Maccabées 2:7
    Et 2 Maccabées 2:7 nous dit ceci :
    Ce qu’apprenant, Jérémie leur fit des reproches : «Ce lieu sera inconnu, dit-il, jusqu’à ce que Dieu ait opéré le rassemblement de son peuple et lui ait fait miséricorde.

    Et que cela vient de : episunago = une « complète collection ». C’est à dire le rassemblement de TOUS les chrétiens de toutes les époques et « des 4 coins de la terre » !

    Ou encore, dans les explications, on trouve : se réunir avec ceux qui sont déjà réunis …

    http://biblesuite.com/greek/1996.htm

    Sauf qu’il est dit que dans Hébreux 10:25, le mot episunagoge concerne « l’assemblée » … sans explication et sans aucun critères tangibles pour le dire …

    Surtout, en lisant le contexte d’Hébreux 10:25 …

    Hébreux 10
    http://mar.saintebible.com/hebrews/10.htm
    19Puis donc, mes frères, que nous avons la liberté d’entrer dans les lieux Saints par le sang de Jésus; 20[Qui est] le chemin nouveau et vivant qu’il nous a consacré; [que nous avons, dis-je, la liberté d’y entrer] par le voile, c’est-à-dire, par sa propre chair; 21Et [que nous avons] un grand Sacrificateur établi sur la maison de Dieu; 22Approchons-nous de lui avec un cœur sincère [et] une foi inébranlable, ayant les cœurs purifiés de mauvaise conscience, et le corps lavé d’eau nette; 23Retenons la profession de notre espérance sans varier, car celui qui [nous] a fait les promesses, est fidèle. 24Et prenons garde l’un à l’autre, afin de nous inciter à la charité et aux bonnes œuvres; 25Ne quittant point notre assemblée, comme quelques-uns ont accoutumé [de faire], mais nous exhortant [l’un l’autre; et] cela d’autant plus que vous voyez approcher le jour.
    (…)34b sachant en vous-mêmes que vous avez dans les Cieux des biens meilleurs et permanents.
    35 Ne perdez point cette fermeté que vous avez fait paraître, et qui sera bien récompensée.
    36 Parce que vous avez besoin de patience, afin qu’après avoir fait la volonté de Dieu, vous receviez [l’effet de sa] promesse.37 Car encore un peu de temps, et celui qui doit venir, viendra, et il ne tardera point.
    38 Or le juste vivra de la foi; mais si quelqu’un se retire, mon âme ne prend point de plaisir en lui.

    L’entier du contexte parle du royaume, du lieu saint, de l’église « dans les cieux », et surtout du JOUR du grand rassemblement.
    Et le verset 38 dit la même chose que le 25 : ne quittez pas le rassemblement = celui qui se retire … mais ce n’est pas de l’assemblée terrestre qu’il se retire, c’est de la promesse, c’est de ne plus croire que le sacrifice de Jésus est bien plus complet, agissant que les sacrifices d’animaux de l’ancienne alliance, c’est le verset 23 Retenons la profession de notre espérance sans varier

    Que viendrait faire une exhortation sur les « ekklesia » (les assemblées terrestres) là au milieu ?

    • Sylvie
      2 mai 2013

      Merci pour toutes ces informations, on va certainement prendre le temps de regarder ça de plus près.

      On a passé plusieurs semaines sur ce verset, et je crois que pour ma part, ce qui m’a le plus frappé, c’est la mise en opposition de ce fameux « rassemblement » avec la sécurité obtenue par la loi sacrificielle. C’est un choix que nous devons faire de manière absolue, tranchée, et dans lequel nous devons demeurer : soit notre sécurité est en Jésus et elle nous est acquise par son seul sacrifice (appropriée par la confiance — FOI), soit on doute de cette sécurité en Jésus, et on retourne à nos œuvres pour garantir notre justification.
      Cette opposition est clairement confirmée par tout le contexte (chap. 10).

      Donc on arrive à réaliser que ce verset a une signification absolument CONTRAIRE à celle qu’on a l’habitude de lui donner : si notre sécurité dépend de la fréquentation d’une assemblée locale, elle n’est plus en Jésus seul…

      Ça donne à réfléchir 😉

    • brunet.jean-francois
      17 novembre 2014

      hébreux 10 verset 25 .traduction en grec: n’abandonnons pas le rassemblement .ne cessez pas de vous rassemblez. OH combien de fois m’a t-on jeté ce verset dans la figure pour me faire comprendre qu ‘il fallait pas que je quitte mon assemblée. Pourtant rien à voir avec cela.

  2. sourire
    1 mai 2013

    Nos bibles contiennent malheureusement encore plusieurs influences des dogmes catholiques, même après 500 ans de protestantisme …
    Hors de l’église point de salut a eu bien des répercutions et certainement aussi sur Hébreux 10:25.

    Je recherche un article depuis longtemps sur les mots soumission, autorité,etc,
    Petit à petit j’ai retenu et vérifié ici et là 1 ou 2 choses comme pour Hébreux 13:17 Obéissez à vos conducteurs. Alors que le grec pour obéir dit une chose qui pourrait être traduite par plusieurs choses comme : laissez-vous convaincre ou encore faites confiance.

    Faire confiance à son conducteur est très différent que de lui obéir …
    Surtout l’application « pratique » qui peut être faite à partir de ces traductions peut être très, très différente…
    Ou encore sur Actes 14:23, où passablement de traducteurs laissent entendre que les apôtres désignaient les anciens. Or d’autre traductions disent bien que les églises entières élisaient leurs anciens, ce qui correspond à ce qui s’est fait dans l’histoire jusque dans les années 300 et des poussières.

    En jetant un oeil aux 5 grecs de biblos, j’ai vu des différences entre les grecs mais pour l’instant, je n’ai trouvé aucune personne connaissant suffisamment le grec (et l’histoire des différents manuscrits) pour me donner des explications.

    Connaitriez-vous un étude complète sur ces sujets ? (Ou plusieurs)

    • David
      1 mai 2013

      Je ne sais pas si ça peut aider, mais ce livre parle de l’autorité et de la soumission avec des interprétation de mots grec

      http://www.eglisedemaison.com/livres/viola/covering/index.html

      • Sylvie
        2 mai 2013

        Effectivement, ce livre est très intéressant. Il rééquilibre bien la notion d’autorité qui a été parfois utilisée de manière abusive dans nos églises institutionnelles.
        Merci David.

  3. sourire
    2 mai 2013

    Bonjour David ! Merci. Viola … cela ne m’étonne pas ! 😉
    Soit béni.
    Sandra

  4. Pingback: N’abandonnons pas notre assemblée ??? | Le temple de Jésus-Christ

  5. sourire
    25 juin 2013

    J’ai trouvé une explication qui semble à première vue très claire toujours dans le même site. (il a changé récemment … est-ce que je n’avais pas tout lu ? est-ce que les explications ci-dessous n’y étaient pas ? )

    http://biblehub.com/hebrews/10-25.htm
    (je n’ai pas le temps de traduire ces jours et je sais UN PEU l’anglais seulement. Mais il me semble évident que ce qui est dit dans ces concordances, correspond à nos recherches …)

    Soyez tous bénis. 🙂
    Sandra

    Matthew Henry’s Concise Commentary

    10:19-25 The apostle having closed the first part of the epistle, the doctrine is applied to practical purposes. As believers had an open way to the presence of God, it became them to use this privilege. The way and means by which Christians enjoy such privileges, is by the blood of Jesus, by the merit of that blood which he offered up as an atoning sacrifice. The agreement of infinite holiness with pardoning mercy, was not clearly understood till the human nature of Christ, the Son of God, was wounded and bruised for our sins. Our way to heaven is by a crucified Saviour; his death is to us the way of life, and to those who believe this, he will be precious. They must draw near to God; it would be contempt of Christ, still to keep at a distance. Their bodies were to be washed with pure water, alluding to the cleansings directed under the law: thus the use of water in baptism, was to remind Christians that their conduct should be pure and holy. While they derived comfort and grace from their reconciled Father to their own souls, they would adorn the doctrine of God their Saviour in all things. Believers are to consider how they can be of service to each other, especially stirring up each other to the more vigorous and abundant exercise of love, and the practice of good works. The communion of saints is a great help and privilege, and a means of stedfastness and perseverance. We should observe the coming of times of trial, and be thereby quickened to greater diligence. There is a trying day coming on all men, the day of our death.
    Gill’s Exposition of the Entire Bible

    Not forsaking the assembling of ourselves together,…. Or the episynagogue of one another; which word is used to distinguish Christian assemblies from Jewish synagogues, and to denote the coalition of Jews and Gentiles in one church state, and to express the saints’ gathering together to Christ; see 2 Thessalonians 2:1 and their act of meeting together in some one place to attend his worship, word, and ordinances. Now to « forsake » such assembling, signifies a great infrequency in attending with the saints, a rambling from place to place, and takes in an entire apostasy. It is the duty of saints to assemble together for public worship, on the account of God, who has appointed it, who approves of it, and whose glory is concerned in it; and on the account of the saints themselves, that they may be delighted, refreshed, comforted, instructed, edified, and perfected; and on account of others, that they may be convinced, converted, and brought to the knowledge and faith of Christ; and in imitation of the primitive saints. And an assembling together ought not to be forsaken; for it is a forsaking God, and their own mercies, and such are like to be forsaken of God; nor is it known what is lost hereby; and it is the first outward visible step to apostasy, and often issues in it.

    As the manner of some is; or custom; and this prevailing custom among these Jews might arise from contempt of the Gentiles, or from fear of reproach and persecution: and in our day, this evil practice arises sometimes from a vain conceit of being in no need of ordinances, and from an over love of the world, and from a great declension in the exercise of grace; the consequence of it is very bad. The Jews (a) reckon among those that go down to hell, and perish, and have no part in the world to come, , « who separate from the ways of the congregation »; that is, who do not do the duties thereof, attend with it, and fast when that does, and the like:

    but exhorting one another; to prayer, to attend public worship, to regard all the duties of religion, to adhere to Christ, and a profession of him, and to consider him, and walk on in him: or « comforting one another »; by meeting privately together, and conferring about experience, and the doctrines of grace; and by observing to one another the promises of God, relating to public worship; and by putting each other in mind of the bright day of the Lord, that is coming on:

    and so much the more, as ye see the day approaching; either of death, or the last judgment, or rather of Jerusalem’s destruction; which at the writing of this epistle was near at hand; and was an affair that greatly concerned these Hebrews; and by various symptoms might be observed by them, as approaching; and which was no inconsiderable argument to engage them to a diligent discharge of their duty; unless the day of darkness, infidelity, and blasphemy in the last days of the world, should be intended, after which will succeed the latter day glory.

    (a) T. Bab. Roshhashanah, fol. 17. 1. Maimon. Hilch. Teshuba, c. 3. sect. 6, 11.
    Jamieson-Fausset-Brown Bible Commentary

    25. assembling of ourselves together—The Greek, « episunagoge, » is only found here and 2Th 2:1 (the gathering together of the elect to Christ at His coming, Mt 24:31). The assembling or gathering of ourselves for Christian communion in private and public, is an earnest of our being gathered together to Him at His appearing. Union is strength; continual assemblings together beget and foster love, and give good opportunities for « provoking to good works, » by « exhorting one another » (Heb 3:13). Ignatius says, « When ye frequently, and in numbers meet together, the powers of Satan are overthrown, and his mischief is neutralized by your likemindedness in the faith. » To neglect such assemblings together might end in apostasy at last. He avoids the Greek term « sunagoge, » as suggesting the Jewish synagogue meetings (compare Re 2:9).

    as the manner of some is— »manner, » that is, habit, custom. This gentle expression proves he is not here as yet speaking of apostasy.

    the day approaching—This, the shortest designation of the day of the Lord’s coming, occurs elsewhere only in 1Co 3:13; a confirmation of the Pauline authorship of this Epistle. The Church being in all ages kept uncertain how soon Christ is coming, the day is, and has been, in each age, practically always near; whence, believers have been called on always to be watching for it as nigh at hand. The Hebrews were now living close upon One of those great types and foretastes of it, the destruction of Jerusalem (Mt 24:1, 2), « the bloody and fiery dawn of the great day; that day is the day of days, the ending day of all days, the settling day of all days, the day of the promotion of time into eternity, the day which, for the Church, breaks through and breaks off the night of the present world » [Delitzsch in Alford].

  6. Shor
    4 septembre 2013

    Merci pour cette ouverture formidable sur ce verset qui élève grandement la pensée du texte dans ce qui est utile et agréable à Dieu.

    Bien à vous, merci pour ce partage.

  7. Jean-Luc B
    3 janvier 2014

    Oui, il est important de toujours regarder le contexte pour comprendre une phrase difficile. D’autant plus sur le sujet abordé par Heb. 10: 25.

    Il existe sur le net une étude approfondie sur ce sujet sur : blog-porte-parole.blogspot.fr/2011/06/nabandonnons-pas-notre-assemblee.html

    • Laurent
      3 janvier 2014

      Merci Jean-Luc. J’ai lu ton texte sur ton blog et il est en effet très bien fait !
      J’encourage tous et chacun d’aller le lire car il soulève des points que je n’avais pas relevé.
      Merci mon frère et sois bénis en Jésus-Christ.

  8. Jean
    24 mai 2014

    Merci beaucoup ! Cela me fait un bien fou de vous lire….

    • Laurent
      24 mai 2014

      Merci beaucoup Jean pour ton encouragement. Que Dieu nous encourage tous !

  9. Prince COFFI
    11 septembre 2014

    Salut à tous.Effectivement,ce verset de Heb10:25 rend captifs beaucoup de chrétiens,de diverses dénominations dites chrétiennes,à rester dans dans leurs églises locales coute que coute.Du coup,ces chrétiens font entièrement confiance en leurs conducteurs.Ils ne se comportent pas comme les chrétiens de Béree,qui,malgré le ministère populaire de Paul,étudiaient les écritures pour voir si ce que celui ci disait était vrai (Act17:10-11).Leurs soumission à tout prix les rend aveugles.La confian

  10. Prince COFFI
    11 septembre 2014

    La confiance n’exclut pas le controle et malheur à celui qui se confie en un homme car tout homme est faillible,sauf Dieu qui ne l’est pas.Certes,il faut fréquenter une église locale si celle ci suit e modèle de Christ (église maison ou grande édifice) et avoir un certain respect pour nos ainés dans la foi(anciens,pasteurs,évangélistes,etc…),mais ayons les regards sur Christ. Je vous conseille les livres de Franck Viola tels que « le christianisme paganisé » et « Qui est ton modèle/Who’s your cov

    • Laurent
      11 septembre 2014

      Oh oui tu as raison. La Bible nous encourage à faire confiance…mais pas une confiance aveugle mais au contraire une confiance avec les yeux ouverts. Nous faisons une confiance « aveugle » à Dieu, au travers de Jésus-Christ…Mais jamais à un quelconque homme quelques soient ses succès et son « charisme ». Shalom !

  11. Pingback: N’abandonnons pas notre assemblée | Béréenne Attitude

  12. Abira
    17 mai 2016

    Parfait et sans bavure

  13. Lacoun Coulibaly Joachim
    5 avril 2017

    Vos recherches sur hebreux 10/25 -26 etc nous ont aidé a voir l’essentiel de la vie chrétienne et non des lieux de rassemblement ,de culte,de dénomination etc cette mise au point nous fait voir autrement ceux qui se sont déplacés. Merci

    • Sylvie
      5 avril 2017

      Ça fait plaisir de savoir qu’on vous a aidé. Bonne continuation, En Lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 avril 2013 par dans Enseignement, et est taguée , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :